“Delphine, je te jure devant Dieu que cette lettre, je ne l’ai jamais reçue… Parce qu’une lettre d’elle, je ne l’aurais pas oubliée. Et si tu veux savoir la vérité, que je n’ai jamais dit à personne, j’ai encore deux mots de billets, au crayon à moitié effacés et une épingle noire de ses cheveux. Eh oui. Mais quand je suis revenu, elle n’était plus au village. Elle était mariée à ce forgeron de Crespin, et même elle avait déjà un enfant !

Delphine joignit les mains.

- Comment est-ce possible que cette lettre se soit perdue ?

- Tu sais, là-bas, on changeait tout le temps de pays, c’était dans le bled ou dans la montagne. Des fois on ne recevait pas le manger, ni même des cartouches… C’est bien possible que les lettres se soient perdues… Celle-là, si je l’avais reçue, je la saurais encore par cœur…

La vieille laissa tomber son menton sur sa poitrine, et murmura.

- Alors ça, si c’est vrai, c’ést terrible."

L'Eau des Colines - Manon des Sources, Marcel Pagnol


The laws of karma are neither moral nor mysterious. They are not exerted by a far way object, or by long arms of some divinity. The truth is that all our decisions, even the very small ones, the daily ones, minute, shape the possibilities and the paths that will open ahead of us. They don't do it individually, decision by decision, but as a web of a myriad of major and minor decisions that the beings around us take. And it is from this entangled trajectories that the repercussion of our actions come from, like a ball that bounces out of an elastic bed.

Upon reading "Training in Compassion" by Norman Fischer


Post a Comment